Ce qu'ils en disent ...

Au-delà des outils, des méthodes et des manifestations, certes nécessaires, le dispositif "Mission (im)possible" est une "Fabrique de la démocratie" au quotidien qui, à travers des femmes et d’hommes, fait vivre la participation citoyenne dans la région PACA. Nous souhaitons donc réserver cette page du site pour leurs permettre de dire ce qu'ils pensent du dispositif au travers de quelques témoignages :

Wendy - Déléguée de stagiaires - ETAPS Ce que le dispositif m'apporte en tant que déléguée d'apprenants :
C'est une certaine responsabilité, mais pas seulement au niveau de la classe, au niveau régional aussi. Cela me permet aussi de faire preuve de plus de sérieux, et d'assiduité. Je porte un intérêt particulier à discuter et mener des actions collectives, pour améliorer les structures dans lesquelles nous sommes et traiter chaque personne en son égal.

Ce qui est difficile à la place qui est la mienne ...
À la dernière réunion, ce qui est difficile fut le stress de prendre la parole en public. Le poids de la responsabilité peut aussi se présenter comme étant une difficulté parfois. Mais ayant été élue récemment, je ne sais pas encore que répondre à ce genre de question, car je n'ai pas pu prendre réellement conscience du véritable rôle de délégué.

Ce dont je rêve pour cette expérimentation ...
Ce dont je rêve est évidemment de pouvoir faire avancer les choses dans un bon sens. Ce qui est rassurant c'est que nous en avons la possibilité grâce aux outils mis à notre disposition, dans la mesure du possible, bien sûr. Et si je peux contribuer, ne serait-ce qu'un peu, à la réussite tant sur le plan personnel que professionnel des stagiaires, cette expérience aura été des plus utiles
Jeannethe - Formatrice - Organisme de formation Ce que le dispositif m'apporte en tant que formatrice :
Personnellement, je suis déléguée du personnel au sein de l'association ISI, et syndiquée à la CGT.
J'ai été agréablement surprise par le fait que les formations destinées aux délégués ETAPS me servaient à moi aussi. De nombreux outils m'ont aidée à mieux assumer ma fonction auprès de mes collègues.

Ce qui est difficile à la place qui est la mienne ...
C'est difficile de se mettre à la place des ETAPS et de pouvoir s'imaginer ce qu'il leur manque; Au début du travail, il y a quelques années déjà, j'avais parfois des appréhensions face à certains stagiaires élus, que je ne trouvais pas forcément faits pour la mission de délégué. Accepter qu'ils avaient été choisis démocratiquement avait été difficile. Néanmoins, aujourd'hui, avec la passation des infos, avec la clarté du rôle etc, les délégués sont davantage représentatifs et ambassadeurs de cette fonction, qu'ils honorent.

Ce dont je rêve pour cette expérimentation ...
Mon rêve à travers cette expérience est qu'elle permette aux jeunes de se sentir grandis, valorisés, utiles. Que les jeunes puissent aussi acquérir cette conscience de l'importance du droit de vote, des élections, de la connaissance de la démocratie, de ses valeurs. Aussi, que des solutions puissent être apportées : logement & emploi. Enfin, que cela fédère les jeunes, qui y verront un véritable projet commun.
Agnès - Chargée de Mission Territorial - Région PACA Ce que le dispositif m'apporte en tant que Chargée de Mission :
En tant que chargée de mission territoriale, « Mission (im)possible » m’a permis d’aller à la rencontre des stagiaires dans un cadre moins formel que celui des suivis de formation. La dimension pédagogique de cette démarche me permet aussi de travailler différemment avec les organismes de formation, plus sur le fond que sur la forme organisationnelle. Cela donne matière à une coopération entre les organismes de formation, cela permet la rencontre entre stagiaires et formateurs de différents organismes, cela donne du relief à l’animation des espaces de formation du territoire toulonnais dont j’ai la charge.

Ce qui est difficile à la place qui est la mienne ...
A la place qui est la mienne, il est difficile de consacrer suffisamment de temps à ce projet, alors que cela devient justement passionnant quand on le suit de près ! Il est aussi frustrant de ne pas pouvoir répondre à certaines demandes pourtant légitimes mais qui dépassent le cadre des prérogatives de l’institution que je représente. J’ai aussi pris conscience lors d’une précédente réunion que mon « discours » trop abstrait n’avait pas été compris par les délégués ! Dure remise en question, mais salutaire aussi, il faut savoir rester concret et sortir du théorique !

Ce dont je rêve pour cette expérimentation ...
Pour la suite, je rêve que « Mission (im)possible » soit intégrée par chaque organisme de formation comme un outil pédagogique incontournable parce que formidablement mobilisateur pour les jeunes citoyens que sont les stagiaires. Je rêve que cela leur soit utile pour mieux comprendre le monde qui les entoure et pour oser agir dans cet environnement. Je rêve que ce soit à la fois un espace de libre parole et de prise de conscience de notre responsabilité individuelle et collective. Je rêve que ce soit un vrai espace d’écoute, de dialogue et de construction entre personnes, que nous soyons stagiaires, formateurs, représentants de la Région…
Sandrine - Chargée de Mission Territorial - Région PACA Ce que le dispositif m'apporte en tant que Chargée de Mission :
Ce dispositif est l’occasion pour moi d’avoir un contact régulier et différent avec les stagiaires et les formateurs avec des échanges construits et réfléchis (au nom d’un groupe).
Cela questionne à chaque fois l’image et le fonctionnement avec la démocratie participative : sur l’image des fonctions, leurs actualisations, la nécessité de recul sur les pratiques, la nécessite de valoriser l’action démocratique et de représentation.
Cela favorise un travail collaboratif entre référents de MI MSE et démontre un réel engagement des référents dans cette réflexion et les pratiques liées. Cet engagement est porté à la fois par les acteurs auprès des jeunes qui éclairent et orientent notre travail mais aussi par les organismes eux même qui laisse le temps aux jeunes et aux formateurs pour élaborer des supports et des temps d’échanges.
Enfin, cela permet d’éclairer les manques et les besoins des dispositifs.

Ce qui est difficile à la place qui est la mienne ...
Le plus complexe c’est d’innover et maintenir l’intérêt dans cette thématique

Ce dont je rêve pour cette expérimentation ...
Une autonomie et un automatisme de MI dans toutes les structures avec le maintien de ces échanges et du travail commun collaboratif si riche
Cyril - Chargé de Mission - Région PACA Ce que le dispositif m'apporte en tant que Chargé de mission:
Depuis plus de 4 ans, Chargé de mission référent sur les actions conduites par l’association MSE-Sud, le suivi de ce dispositif a considérablement changé mon regard sur le secteur de la formation professionnelle, regard initialement formel et administratif.
En effet, les actions mises en œuvre par l’association visent essentiellement à repositionner les usagers de la formation professionnelle au cœur du Service Public Régional de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage et des dispositifs de formation qui structurent son action. En ce sens, toutes les illustrations des apports que la démarche menée par l’association a généré sont concrètes, tant pour les usagers et les organismes de formations que sur les territoires et parfois même sur les orientations politiques ou les grands projets de la collectivité. Ainsi, les expérimentations et les dispositifs proposés m’ont permis d’appréhender différemment le domaine de la formation et d’avoir une vision élargie des acteurs, des difficultés et des raisons pour lesquelles les jeunes accèdent ou n’accèdent pas aux dispositifs de formation professionnelle. L’objectif d’une participation active à l’amélioration des situations des personnes et des parcours de formation est un enjeu très motivant.

Ce qui est difficile à la place qui est la mienne
La mise en réseau de l’ensemble des acteurs et opérateurs de terrain de même que la mise en œuvre des dispositifs portés par MSE, et destinés à répondre aux difficultés rencontrées par les usagers, est difficile. De nombreux paramètres entrent en ligne de compte et, à la place qui est la mienne, certains obstacles peuvent générer une frustration.
La mise en place du site Extranet Mission (Im)possible a également sensiblement changé ma perception. En effet, les fiches préoccupations mises en ligne par les apprenants mettent souvent en exergue les freins au suivi de la formation, pour l’essentiel liés à leurs conditions de vie, auxquels ils sont confrontés durant leur parcours et les situations de ruptures évoquées ne trouvent pas forcement d’interlocuteur.

Ce dont je rêve pour cette expérimentation...
  • - Une expérimentation étendue à l’ensemble du territoire régionale et par élargissement, une implication plus grandes des autres Régions.
  • - Une intégration des processus participatifs dans la démarche pédagogique mise en œuvre par les formateurs et une utilisation élargie des outils proposés par l’association MSE-Sud.
  • - La mise en place d’espaces collectifs propices à une vraie démarche participatives des stagiaires de la formation professionnelle… et toutes les répercussions que l’atteinte de ces objectifs impliquent : une amélioration de la qualité du SPRFPA, des situations individuelles des apprenants durant leur parcours de formation, des liens entre les citoyens et leurs représentants...